Beuste

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil

Jeux Floraux du Béarn

Envoyer Imprimer PDF

Babeth MULE-BERTRANINE, béarnaise « cap et tout » .

C’est au mois d’octobre dernier que l’Institut Béarnais et Gascon a récompensé les prosateurs et poètes lors de la fête du « bien écrire béarnais ». Parmi les lauréats figurait notre concitoyenne Elisabeth MULE-BERTRANINE. Dans le thème « Téms qui passe », elle s’est vue décerner le 1er prix avec le texte intitulé « U die de heyère » que les amoureux du biarnès sont invités à découvrir ci dessous.  Toutes nos félicitations vont à Elisabeth ! 

 

û die de heyère

Que-m la fî de yugn en las anades dèts e nau cens chichante oéyt. L’escole qu’éy acabade. Touts lous dròllẹs dou me bourdalat que-m gauyous . Que soun las bacances d’estìu. Dus mès chens ana ta l’escole : quin bounur ! oh ! que-m méy despieytous que baléns ta estudia . Hère chic de   maynats de l’escole que s-en ban enta la ma grane . Nousauts, hilhs de paysâs, ne-ns aparibe pas de passeya-s. La noùstẹ ma qu’ère l’arriu dou houns dou cam barrat oun se fresqueyam quoan hè caumas. Que chipouteyam hens l’aygue e de quoan en quoan que ns- escapam ta pesca quauques pesquits.   Doungues, que y a de que ha à la maysoû : qu’ayudam lous paréns aus tribalhs de case ; sustout à la heyère qui- s escadé en aquére tempourade.

 

Lou matî de d’ore, lou pay que s-en anabe dalha û tros de yerbe. Qu’ou seguibem cadû en soû endrét, endarré la dalhuse , à las tournères . Dab las barjes que calé sourti la yerbe qui hasé bourradìs au miéy de las lames. Tout d’û cop ûe serp que s-escapé de debat las yerbes !!! bìste que prenem la courrude … quin hus de pòu !!! la serp esbaryade nou sap oun ana, e per malur en anan e tournan las lames que la coussiré ; nou-n a lou tèms de s’escapa ; praubine que -s mouri. û souladyamén enta nousauts ; aquère nou tournera pas mèy !! « si digoun » e que continuam lou noustẹ coumbat.

 

û cop tout lou hé dalhat que s-en tournam ta case , qu’èy l’ore de coupa la crouste : û drin de regalét ou û drin de chingarre coéyte de yé sé entér de miéy dus tros de pâ, û tros de roumàdyẹ de baque de case ; be n-éy arregoustan e sabrous tout aco ! enfî enta tira-s la sét que bebém cafè hens dou béyrẹ dab drin d’aygue fresque.     L’ore que tourneye , l’arrous dou matî qu’èy cadude, lou sourélh qu’ aralhe, Alabéts que cau tourna entau cam ana suslheba la yerbe permou qu’éy toute choupe.   Hèy ! maynats anèm ! se disen lous parèns     Qu’abém singles barjes; que soun de la noùstẹ grandoù. Que soun apitades coùntrẹ la muralhe de la borde de la mèy chine à la mèy grane.

 

Que-m partits, lou sourélh que hisse,lou cam qu’èy loung ; que-m à la coude l’y ségue e que biram lou hé dap cadû las noùstẹs barjes ; Aquèth tros acabat que cau tourneya la dalhade de yé ; au miey dou hé que coussirabem toustèm sàpous, murguètes ; que-m escapabi permou que-n abi hère de pòu.   Lou sourèlh qu’ aralhe méy que méy. Que-s desbroumbam la calou : lou hé que- s hique à canta , à soâ , à auloureya ; Qu’éy eschuc entau amassa.

 

Que bam abé û hé plâ escadut augan ! se disen lous parèns

 

Aquéth tribalh acabat qu’éy l’ore de disna : drin de soupe hèyte dab lous pourréts, la habes, las carrotes e lou caulét de noùstẹ casau ; aquére tabé que-nse tirabe la sét.

 

Beuste et son Lagoin